Soirée arpentage - « Une guerre mondiale contre les femmes », Silvia Federici

Publié le : , par  Administrateur

Une guerre mondiale contre les femmes, des chasses aux sorcières aux féminicides, Silvia Federici

« On ne peut laisser l’histoire des sorcières ensevelie dans le silence, à moins de souhaiter que leur histoire se répète. »

L’arpentage, qu’est-ce c’est ?

C’est une technique de lecture collective inventée par le mouvement ouvrier pour lire des ouvrages même très fatigué·e en sortant de l’usine.
Cela permet de s’approprier un ouvrage, désacraliser le livre, l’analyser collectivement et d’apporter une approche critique.
Son but est de parvenir, en un temps limité, à « débroussailler » une œuvre en mettant en commun les connaissances, les expériences et les intuitions des participant-es.
Il n’est pas nécessaire (voire même déconseillé !) d’avoir lu le livre auparavant.

Résumé de l’ouvrage :

La violence sexiste est plus que jamais sous les projecteurs. Pour Silvia Federici, ces meurtres, tortures et viols ne sont ni des accidents de l’histoire ni le reflet d’un patriarcat millénaire. À la fin du Moyen Âge, la condamnation pour sorcellerie devient la pièce maîtresse d’un dispositif de répression contre les femmes mis en place par l’État, l’Église et les puissances économiques. Des instruments de torture comme la « bride à mégères » à la dévalorisation systématique des savoir-faire ancestraux rattachés aux femmes, tous les moyens sont bons pour contenir la menace contre l’ordre capitaliste naissant qu’elles incarnent. Prolongeant ses analyses à la mondialisation néolibérale actuelle, en s’appuyant notamment sur l’exemple de la privatisation des terres en Afrique, Federici montre que la vague de violence à laquelle nous assistons aujourd’hui met en jeu des mécanismes très similaires. Par cette brève histoire de la violence sexiste de la grande chasse aux sorcières européenne jusqu’à nos jours, elle nous raconte aussi un « pouvoir des femmes » sans cesse réinventé par de nouvelles pratiques, de nouveaux savoirs et de nouvelles solidarités.

JPEG

Sylvia Federici

Silvia Federici, universitaire italo-américaine âgée de 78 ans et théoricienne du travail domestique, est l’une des plus grandes figures de la pensée féministe du XXe siècle.

Chercheuse et militante, Federici s’inscrit dans un courant intellectuel qui, depuis des décennies, dénonce l’incapacité des sociétés capitalistes à reconnaître ou à rétribuer ce qu’elle appelle le “travail reproductif”.
Ce terme ne désigne pas uniquement la naissance et l’éducation des enfants, il englobe toutes les tâches qui contribuent à la santé, l’alimentation, la propreté et l’épanouissement, à la fois pour nous-mêmes et notre entourage. C’est désherber le jardin, faire le petit-déjeuner, aider la grand-mère à se laver ; ce sont des tâches récurrentes et qui semblent invisibles. C’est un travail essentiel, que notre système économique a tendance à ne pas reconnaître ou rémunérer. Ce mépris du travail reproductif, écrit Federici, est injuste et intenable.
(Courrier International)

Envie de tenter l’expérience ?

Nous vous invitons à venir partager un verre (en fonction des conditions sanitaires) et découvrir le roman au centre de ressources de RéCiDev. L’arpentage se terminera par une animation.

Soirée gratuite (grâce aux financements de Ritimo, de la Région BFC et du département du Doubs), sur inscription.
Date : Vendredi 4 mars
Durée : Environ 2 heures
Lieu : Centre de ressources de RéCiDev

Nous vous proposons de venir un peu plus tôt pour découvrir avec nous à la timeline du droit des femmes et découvrir les inégalités de genre en s’amusant !

Pour toute question, vous pouvez envoyer un mail à contact@recidev.org

Les rendez-vous

AgendaTous les événements

Brèves solidaires Tous les mois dans votre boite mail !

* Champs obligatoires

Voir les dernières Brèves.