L’Euro sans éthique

Publié le : , par  Administrateur

L’Euro 2016 est lancé, mais les dessous de ce grand évènement ne sont pas rose. Les droits des travailleurs sont bafoués une fois de plus pour assurer aux multinationales des profits maximum. Le collectif Éthique sur l’étiquette brosse ici un portrait accablant.

Les dessous de l’Euro :

Nike, Adidas et Puma se sont disputé à prix d’or les contrats de sponsoring des principales équipes de l’Euro 2016. Leurs logos seront visibles sur tous les terrains et tous les écrans pendant la durée de la compétition. Une opération très juteuse, qui cache des pratiques « anti-jeu ».

JPEG

Alors que les 3 marques empocheront des bénéfices colossaux, les ouvriers qui fabriquent leurs équipements continuent de toucher des salaires inférieurs au minimum qui leur permettrait de vivre dignement.
Notre rapport « Anti-jeu. Les sponsors laissent les travailleurs sur la touche. » est implacable : les équipementiers adoptent une stratégie de surenchère aveugle dans le sponsoring pour accroître leur rentabilité financière en recherchant des coûts de fabrication toujours plus bas.

Les ouvriers de la confection n’ont par exemple pas touché plus de 60 centimes d’euro pour fabriquer le maillot de l’équipe d’Allemagne, vendu 85 €.

Mobilisation :

Le Collectif Ethique sur l’étiquette se mobilise pendant l’Euro 2016 pour exiger de ces grands équipementiers des pratiques garantissant le versement d’un salaire vital pour les ouvriers qui contribuent au premier plan à une croissance économique sans égal. 
Pour agir, rendez-vous directement ici pour que les PDG de Nike, Adidas, et Puma, garantissent un salaire vital aux ouvriers qui fabriquent leurs produits.

Perspectives :

20 ans après le premier scandale survenu dans l’industrie du textile (Nike et le travail des enfants pakistanais en 1996), laisser aux seules multinationales la tâche de réguler leur activité n’a pas évité d’autres scandales ou situations de violations des droits humains fondamentaux. Seule une législation contraignante, comme la loi sur le devoir de vigilance des multinationales, dont nous attendons toujours l’adoption en France dans les meilleurs délais, pourra traduire la volonté des États de responsabiliser les acteurs les plus puissants de la mondialisation ; et leurs discours en actes.

Les pétitions et appels urgents

AgendaTous les événements

Brèves solidaires Tous les mois dans votre boite mail !

* Champs obligatoires

Voir les dernières Brèves.